No no no ... you should buy one !!!
logo

Le Front National bat la campagne

Jeudi 30 et vendredi 31 mars 2017, Marine Le Pen, présidente du Front National et candidate à l’élection présidentielle était en déplacement en Bretagne à la conquête de l’électorat rural et maritime.

Jeudi, 15H30, le déplacement de Marine Le Pen débute à Pordic, dans les Côtes d’Armor, accueillie par une trentaine de manifestants encadrés par un important dispositif de la gendarmerie et par une masse compacte de journalistes. La présidente du FN, en visite dans une exploitation porcine, rencontre un monde agricole en pleine détresse. Après une rapide visite de l’exploitation, bref pique-nique à base de saucisson Justin Bridou et d’Oasis, distribution de selfies … la visite s’enchaine, 18h30, meeting dans le hangar agricole d’une exploitation laitière dans le petit village de la Trinité-Porhoët, petit village d’environ 700 âmes dans les confins du Morbihan. Devant plus d’un millier de personnes survoltées et acquises à sa cause, la présidente du FN évoque notamment la suppression de normes environnementales étouffantes pour les agriculteurs et la menace maintenant réelle de l’immigration jusqu’ici, au cœur de la Bretagne. Dans cette région ou l’environnement et la santé des habitants porteront encore longtemps les stigmates d’une agriculture intensive et où le dernier immigré connu était probablement la conséquence d’un mariage entre une fille du village et un jeune du canton voisin, les propositions de la candidate du parti d’Extrême droite font l’unanimité.

Vendredi, 14h30, le déplacement se termine à Erquy, au bord de la Manche pour une rencontre avec un secteur maritime lui aussi en pleine crise. Toujours accueillie par une trentaine de manifestants et leurs nombreux accompagnateurs de la gendarmerie, Marine Le Pen embarque sur bateau de pêche et annonce ses mesures pour redresser l’économie française de la mer devant des professionnels locaux du secteur inquiets face à des normes environnementales pour la protection des ressources de plus en plus contraignantes et devant l’imminence d’un Brexit remettant en cause les accords en vigueur sur les zones de pêche.

  • Share

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *